Une article RE2020

Innover et protéger le climat. C’est le double engagement de Descasystem depuis sa création il y a 25 ans. Spécialiste de l’acier avec la distribution de systèmes de profilés Jansen aux caractéristiques architecturales et environnementales uniques, notre entreprise prend le virage de la nouvelle réglementation RE2020 entrée en vigueur en France le 1er janvier 2022. Comment ? En gardant le cap ! Grâce à leurs propriétés d’excellence, les différentes séries de la gamme de menuiserie acier que nous proposons répondent déjà aux impératifs visant à la neutralité carbone dans le secteur du bâtiment en 2050. Isolation thermique inégalée, durabilité incomparable, recyclabilité infinie… Notre démarche environnementale est solidement ancrée dans notre ADN et prépare l’avenir pour répondre chaque jour un peu plus aux exigences de demain. C’est ce que nous vous proposons de découvrir…

Traverser les siècles, s’adapter aux époques et anticiper les évolutions normatives. Depuis sa découverte au milieu du XIXème siècle, l’acier inspire architectes, économistes, métalliers, serruriers et charpentiers par ses propriétés singulières. « Avec la nouvelle réglementation environnementale RE2020 applicable depuis le 1er janvier 2022 dans la construction de bâtiments neufs, ce matériau noble par excellence trouve une fois de plus toute sa place dans les solutions respectueuses de l’environnement » souligne Ludovic Loew, directeur de Descasystem. « Et il le sera pour la réhabilitation, assurément ». La raison ? « Que ce soit pour l’amélioration de la performance énergétique et la baisse des consommations des bâtiments, pour la diminution de leur impact sur le climat ou encore pour leur adaptation aux conditions climatiques futures – les trois axes de la RE2020 – les systèmes de menuiseries acier cochent toutes les cases » continue-t-il. Et depuis longtemps.

Fonctionnel et esthétique, l’acier développe aussi des propriétés clés pour la mise en œuvre de la nouvelle réglementation environnementale française, que ce soit aujourd’hui pour les bâtiments neufs ou demain pour les rénovations. Grâce à la large gamme de systèmes de profilés acier Jansen, choisir ce matériau revient à préserver naturellement la planète. Revue de détails des éléments concrets qui agissent en faveur de l’environnement.

Un matériau à l’isolation thermique renforcée

Place au vrai confort ! La donnée qui parle d’elle-même : la conductivité thermique de l’acier est trois fois inférieure à celle de l’aluminium. Champions de l’isolation, les profilés acier Jansen sont à rupture de ponts thermiques et conformes à toutes les réglementations en vigueur. Ils permettent de réaliser des économies d’énergie notoires en adéquation avec les exigences des constructions HQE (haute qualité environnementale). Ainsi, les solutions de la gamme Janisol, Janisol Arte en séries fines ou Janisol HI répondaient parfaitement à la RE2020 avant même son entrée en vigueur, c’est là tout l’intérêt d’avoir un matériau qui équipe des systèmes de construction à la pointe de l’innovation.

Des exemples ? « La dernière évolution importante est la création de la gamme Janisol HI – pour high isolation », explique Olivier Audigué, Responsable de la prescription chez Descasystem. « C’est une gamme à très forte isolation thermique, très présente sur le Nord de l’Europe et qui se développe de plus en plus en France. C’est la parfaite démonstration de cette évolution de nos profils acier avec un coefficient de transmission thermique de seulement 0,8 W/m²K, inférieur à celui du double vitrage », détaille-t-il. Et cela ne s’arrête pas là. « Si l’on compare une typologie de menuiserie des années 80 aux nouvelles séries, on passe d’un coefficient de transmission thermique divisé par deux, de 2,7 W/m²K à l’époque à 1,3 W/m²K aujourd’hui ! » s’enthousiasme Laurent Milano, responsable des ventes chez Descasystem. Les rupteurs de ponts thermiques ont considérablement été améliorés, pour une qualité du matériau similaire. « Il ne faut pas oublier les vitrages associés aux profilés Jansen, qui eux aussi ont très largement améliorés leurs performances » note-t-il.

Portraits Ludovic Loew, Olivier Audigué et Laurent Milano
Ludovic Loew, directeur de Descasytem Jansen | Olivier Audigué, responsable de la prescription | Laurent Milano, responsable des ventes

Une durabilité inégalée chère à Descasystem

Résistance ! A l’heure où l’analyse des cycles de vie des matériaux est la norme, il convient de souligner la résistance de l’acier dans le temps. « Sa durée de vie est infiniment plus longue que celle des autres matériaux », rappelle Olivier Audigué. Il suffit pour cela de comparer des portes de bâtiments publics en acier à celles en aluminium, ces dernières se détériorant bien plus rapidement. « Si les menuiseries en acier ont une longévité remarquable, il est possible aussi de les redresser, les repeindre si nécessaire, de les déposer pour les modifier en atelier pour ensuite les reposer sans avoir à les changer, ce qui leur permet de s’inscrire dans une vraie démarche durable » ajoute-t-il.

Et Ludovic Loew de compléter : « les portes à forte fréquentation – comme les portes d’HLM – sont en acier parce que le matériau a une inertie, une capacité à supporter des charges, beaucoup plus importante. Tous les marchés devraient intégrer cette notion de durabilité que l’on ne retrouve ni dans l’aluminium, ni dans le PVC ». Ainsi, la garantie décennale associée aux menuiseries Jansen est très largement dépassée.

Un matériau noble 100% recyclable

Pas la peine de chercher plus loin ! Qui dit acier dit matériau totalement recyclé. Et à l’infini ! Les filières de recyclage de l’acier existent depuis plusieurs dizaines d’années et sont très structurées, contrairement à celles d’autres matériaux. « 60% de l’acier produit en France et en Europe provient d’acier recyclé, c’est massif » souligne Olivier Audigué, Responsable de la prescription chez Descasystem. En effet, une fois introduits dans la chaîne de recyclage, l’acier est broyé et fondu pour être reconditionné à l’infini. Mieux, ses caractéristiques physiques restent inchangées après cette opération, ce qui n’est pas le cas – là encore – des autres matériaux.

« Des ustensiles de cuisine, des outils, des clés, des chariots ou bien encore des pièces pour l’automobile et l’électroménager, l’acier recyclé issu des menuiseries peut se retrouver partout ! » relève-t-il. Par exemple, les paumelles, les angles de pare-closes, les vis ou les crémones, toutes ces pièces métalliques de vos vieilles fenêtres seront fondues pour une nouvelle vie, transformées en fers à béton pour les chantiers.

real sd
Qui dit acier dit matériau totalement recyclé ! En effet, cet alliage formidable peut être broyé, fondu et reconditionné à l’infini.

Une empreinte carbone réduite

Retour aux sources ! Si l’acier dispose d’une empreinte carbone à faire pâlir celle des autres matériaux, c’est d’abord grâce aux matières premières qui le compose. Ainsi, l’acier consomme trois fois moins d’énergie que l’aluminium. « Et pour une tonne d’acier produite, deux fois moins de bauxite sont nécessaire que pour l’aluminium », complète Olivier Audigué en notant que le minerai est très gourmand en énergie. « Il faut ajouter à cela 125 millions de mètres cubes d’eau pour fabriquer une tonne d’aluminium, alors qu’il n’en faut pas pour l’acier » argue-t-il. Ce n’est pas rien !

Par ailleurs, les conditions de production de l’acier favorisent le faible impact environnemental du matériau. « De ce point de vue là encore, l’acier est très intéressant, parce qu’il est produit à l’aide de fours électriques à partir de ferrailles recyclées » explique Laurent Milano. Selon le responsable des ventes Descasystem, « on ne se retrouve pas avec des systèmes de coulées impliquant l’utilisation du coke – l’oxydation du carbone qui engendre les émissions de CO2 – et une forte pollution ».

Une faible consommation de la matière

Lumière ! Pour répondre aux orientations de la RE2020, il est nécessaire de jouer sur le clair de vitrage. Comment y répondre ? En associant aux menuiseries des vitrages plus grands. Premier prérequis : l’inertie. « Là encore, l’acier bénéficie d’une inertie majeure » répète Ludovic Loew. « Cette propriété de la matière, qui garantit aux menuiseries Jansen une durabilité forte, offre la possibilité de supporter des grandes vitres sans déformation ».

Quant au second prérequis, c’est la finesse du matériau. « L’acier parvient à être deux fois plus fin que l’aluminium, ce qui permet d’avoir des parties vitrées de plus en plus importantes pour pouvoir bénéficier de la chaleur du rayonnement solaire à l’intérieur de la maison » relate Laurent Milano. « Nous aurons ainsi facilement des systèmes avec 60 mm de masse-vue alors que l’aluminium sera plutôt à 100 mm, ce qui minimise l’emploi de matière et maximise le clair de vitrage ! ».

Rue de Montlignon Saint Prix France menuiserie jansen tolerie generale
L’acier, un matériau 100% durable permettant de concevoir des profilés à la finesse inégalée… Voyez comme la lumière naturelle vient baigner généreusement cet espace !

Une production locale

Artisanal ! Autre intérêt majeur d’un point de vue environnemental : le caractère local de la production des menuiseries acier. « Les produits Jansen sont la plupart du temps fabriqués par des artisans locaux alors que l’aluminium est lié à de la préfabrication avec des camions qui parcourent la France » indique Olivier Audigué.

« Avec l’acier, on reste encore très artisanal et très local. On ne fait pas circuler les produits sur des milliers de kilomètres à travers l’Europe », ajoute-t-il. Et effectivement, les profils d’acier proviennent de Suisse, puis sont ensuite stockées à Lyon avant d’être envoyées à ces artisans qui travaillent à proximité des chantiers. Une notion importante car la RE2020 pousse à envisager le bâtiment dans sa globalité pour appréhender son empreinte carbone. Avec ses gammes de produits disponibles, Descasystem permet aux architectes et aux économistes de ne pas alourdir l’ensemble en termes d’impact écologique.

Jansen, précurseur des nouvelles normes environnementales

Dans nos gênes ! En faisant le choix d’être le distributeur exclusif des profilés acier Jansen, Descasystem ancre un peu plus sa démarche environnementale dans l’histoire de l’entreprise. « Il est important de rappeler que Jansen a été le premier il y a 30 ans à développer un système à rupture de ponts thermiques en acier » se souvient Laurent Milano, responsable des ventes Descasystem.

L’innovation comme ADN, et la Suisse comme berceau. « C’est un pays très exigeant en matière environnementale. C’est pourquoi Jansen a toujours été très attentif à la réduction de l’impact écologique de la production de ses profils acier » poursuit-il. De plus, le marché allemand, leader à l’époque, a été également très impactant avec une avance sur les aspects réglementaire et écologique, ce qui a toujours permis à l’industriel d’avoir une longueur d’avance. Car Outre-Rhin, la demande pour ses produits acier à rupture de ponts thermiques était déjà forte.

Enfin, cette vision pour agir en faveur de l’environnement se traduit aussi dans les murs… ! « Les bâtiments de production des profilés Jansen sont à zéro émission carbone et auto-suffisants en termes de consommation d’énergie » relève Laurent Milano.

Tortona ©Albo
Les profilés acier Jansen à rupture de pont thermique allient solidité, finesse et respect des réglementations en matière d’écologie.

La parfaite adéquation avec la RE2020

Ne croyez pas au hasard ! Vous l’avez compris, la nouvelle réglementation RE 2020 n’implique pas de bouleversement pour les menuiseries acier Jansen : Descasystem disposait déjà, en tant que distributeur, des produits compatibles avec ces nouvelles exigences. La RE2020 est ainsi une opportunité pour démontrer les caractéristiques environnementales uniques des gammes proposées. « Son entrée en vigueur incite à encore plus de rigueur en matière de tests et d’écriture des essais » constate Laurent Milano. « Les produits existent mais il a été nécessaire d’attester de façon encore plus ferme leur compatibilité avec la RE 2020. Lorsque la gamme Janisol a été créée il y a 30 ans, on ne se posait pas la question du coefficient de transmission thermique. Aujourd’hui, il est indispensable de le justifier pour répondre par exemple à un CCTP (cahier des clauses techniques particulières). Jansen a donc complètement actualisé sa documentation. C’est finalement la seule évolution » explique-t-il, amusé.

Quant aux fiches de déclaration environnementale et sanitaires FDES des produits Jansen, elles sont rédigées et prêtes pour l’ensemble des acteurs du marché, qu’ils soient architectes, économistes de la construction ou métalliers. « En prenant en considération l’intégralité du cycle de vie de l’acier – de l’extraction jusqu’au recyclage – le matériau présente un bilan carbone nettement inférieur à ses concurrents, les FDES sont sans appel », insiste Ludovic Loew, directeur de Descasystem Jansen.

Et maintenant ? L’acier, meilleur allié de la nouvelle tendance du triple vitrage

Plus loin ! En recherchant des valeurs de l’ordre de 0,8 W/m²K, la RE2020 tend à imposer de plus en plus la solution du triple vitrage. Pour augmenter les performances du vitrage, il est nécessaire d’augmenter son épaisseur. « Or, les gammes Janisol sont parfaitement adaptées pour intégrer ce type de solution » détaille Laurent Milano. « Pour rentrer ces vitrages dans les menuiseries, il est indispensable d’avoir des profils de plus en plus profonds. Et pour ces produits verriers, nous proposons avec Jansen des solutions de cadres présentant des coefficients de transmission thermique vraiment pertinents » conclut-il. Précisément, la gamme Janisol HI a été conçue pour intégrer ce triple vitrage, fidèle aux impératifs environnementaux !

Un matériau recyclable, des constructions légères et lumineuses, une redoutable efficacité énergétique, une gestion des ressources durable… Grâce aux menuiseries acier, nos engagements pour protéger le climat font sens. Et restent à l’avant-garde des exigences environnementales d’aujourd’hui et de demain.

Article publié le 29 novembre 2022